6 mars 2020 Spacetrain

TECHNIQUE – Quelles leçons tirer du déraillement du TGV dans le Bas-Rhin ce jeudi 5 mars 2020 ?

Ce jeudi 05 mars 2020, un TGV reliant Paris à Colmar a déraillé près d’Ingenheim dans le Bas-Rhin. À l’origine du déraillement : un glissement de terrain causé par la pluie. La motrice et les quatre premières voitures ont quitté les voies, faisant 22 blessés dont un grave.

Mise en service entre 2006 et 2016, la ligne TGV Est est destinée à améliorer les axes de communication entre le Nord-Est de la France et les pays frontaliers. Son coût total a été estimé à  5,515 milliards d’euros pour 300 km d’infrastructure.

Pour la réalisation de ce projet, SNCF Réseau a mobilisé sa propre société d’ingénierie (qui s’est accordée 50% du budget global consacré aux études).

ETF, filiale ferroviaire de Vinci était en charge de la construction de la voie et du terrassement. 

Sur l’accident survenu ce jeudi 5 mars 2020, en dépit de dépenses pharaoniques dédiées à un projet stratégique d’ampleur internationale, c’est une simple pluie qui a causé le glissement de terrain à l’origine du déraillement de la motrice.

Les navettes Spacetrain circulent sur une voie surélevée à 6 mètres du sol.

Ce monorail est soutenu par des piliers d’une profondeur de 6 à 14 mètres en fonction de la nature du sol. Un glissement de terrain dû à une inondation, même importante, n’aurait eu aucun impact sur la circulation de notre navette à grande vitesse.

De plus les navettes Spacetrain circulent sur un rail en « T » inversé, tout déraillement est exclu, le véhicule étant fermement positionné de part et d’autre de la partie verticale du rail. 

En termes d’investissement, Spacetrain est déjà en capacité d’annoncer des coûts de construction bien inférieurs à ceux pratiqués sur les LGV depuis des années : 8 à 10 millions d’euros par kilomètre (sans le célèbre « dépassement de budget SNCF »).

De plus, la navette évolue en complète autonomie grâce à son énergie embarquée qui lui permet de parcourir 600 kilomètres à 400 km/h avec seulement 100 kg d’hydrogène.

Le kilogramme d’hydrogène valant environ 1,50 euro, 75 euros d’énergie permettent à 60 personnes de parcourir 300 kilomètres en 45 minutes.

75€ c’est le prix auquel est vendu aux voyageur un aller simple Paris/Strasbourg, sans compter les diverses subventions versées à la SNCF (15 milliards d’euros en 2018 soit 905€ par foyer imposable) pour proposer ce tarif « exceptionnel ».

Le monorail comme réponse aux enjeux de sécurité et de coût sur le marché du transport de voyageurs à grande vitesse.